Recherche

LUDIDELIRE

Que lire en littérature jeunesse ? A quoi jouer ? Farfouillez ici vous trouverez

L’AUBE SERA GRANDIOSE

Autrice : Anne-Laure BONDOUX

Éditeur : Gallimard jeunesse, 2017

 

L'aube sera grandiose de Anne-Laure Bondoux

 

Ce que j’en résume : Nine vient d’être enlevée par sa mère, l’écrivaine de polar Titania Karelman. Celle-ci l’emmène dans une cabane, à l’abri des regards… Et pendant toute la nuit, la mère va causer à sa fille : elle va lui révéler des secrets concernant sa famille et la vie de bohème car elle a mené toute son enfance…

Nine va regarder sa maman d’une toute autre façon et découvrir sa véritable identité

Ce que j’en dis : L’histoire en elle-même est une histoire à suspense qui en vaut une autre (ouh là là, ça commence bien…) mais l’ambiance dans laquelle on se retrouve immergée est un pur délice, les années 1970, les matchs de foot et les vinyles c’est un pur régal (oui, oui je me répète)…

Un petit moins pour les retours en arrière : la mère trouve tous les subterfuges pour ne pas divulguer son histoire d’une traite et cela parait un peu artificiel par moment mais le suspense est ménagé donc réussi de ce côté-là.

J’ai hâte d’avoir d’autres avis sur ce roman…

Ce que j’en note : il a obtenu le Prix Vendredi 2017 ( En partenariat avec la Fondation d’Entreprise La Poste, les éditeurs Jeunesse du Syndicat national de l’édition initient en 2017 le premier prix national de littérature ado. Nommé « Prix Vendredi », en référence à Michel Tournier, il récompensera un ouvrage francophone, destiné aux plus de 13 ans, désigné par un jury composé de professionnels)

Publicités

LUCIE ET SA LICORNE

Scénariste et dessinatrice : Dana SIMPSON

Éditeur : 404 éditions, 2016 (pour la traduction française)

Prix éditeur : 11.95 Euros

 

Lucie et sa licorneLucie et sa licorne

 

Ce que j’en résume : un jour Lucie rencontre une magnifique licorne blanche au bord d’un étang. La licorne propose alors à la petite fille de lui réaliser un vœu et elle opte pour que la licorne devienne sa meilleure amie. Rosemarie de Céleste Museau n’a pas le choix et se trouve obligée d’obtempérer.

Toutefois, Lucie attend peut-être un peu trop de cette amitié et bien souvent la déception est au bout de ses attentes…  Mais ces deux-là ne vont plus se quitter et elles vont réfléchir ensemble sur le vivre ensemble et la manière d’être au monde…

Ce que j’en dis : une BD pour les plus jeunes (à partir de 7 ans) fraîche, rigolote, très amusante… C’est une manière d’aborder les problèmes relationnels avec les autres sous le signe de la féérie, de l’humour et cela permet de dédramatiser les situations rencontrées à l’école ou lors d’un cours de piano…

Ce que je note : Voici le tome 1, un tome 2 sort en octobre 2017

 

 

PRIX COSTA

Le Prix Costa, les Costa Book Awards, s’il porte le nom d’une marque de café, n’en est pas moins une des récompenses les plus prestigieuses en Angleterre. Le palmarès 2016, qui comprend cinq ouvrages dans cinq catégories, des romans à la poésie, vient d’être dévoilé.

 

Coffee

(Ian May, CC BY-NC-SA 2.0)

 

 

Remis depuis 1971, le Prix Costa se nommait auparavant Whitbread : le nom a été modifié lorsque la marque Costa, filiale de Whitbread, a assumé le rôle de sponsor. Dans le monde des lettres britanniques, le Prix Costa est considéré comme le pendant populaire du fameux Booker Prize.

 

En 2016 : The Bombs That Brought Us Together  by Brian Conaghan

En 2015 : The Lie Tree by Frances Hardinge – critique ici : L’ÎLE AUX MENSONGES

L’ÎLE AUX MENSONGES

Auteure : Frances HARDINGE

Éditeur : Gallimard jeunesse, 2017 (pour l’édition française)

 

l'ile aux mensonges

 

Ce que j’en dis :

plus que le récit, j’ai aimé la manière dont l’auteure se positionne sur la condition de la femme, la condition de la naissance, la condition de la mort, les conditions de la nature versus la science et la religion.

Un roman à suspens où l’on découvre les armes que l’être humain développe parce qu’il est conditionné par ses pairs à répondre à des codes sociétaux dont il ne faut pas sortir !

Comment trouver sa place dans une société patriarcale quand on est femme, fille  ? Le mensonge est il nécessairement un vice ou une arme pour se protéger ou découvrir l’autre ou bien encore le manipuler…

Le monde se nourrit-il de mensonges parce que les vérités sont bien pâles et fades ?

Ce que j’en résume :

Faith Sunderly arrive avec sa famille sur l’île de Vane et ressent qu’on ne lui donne pas les véritables raisons de ce déménagement. Elle arrive sur une île où les habitants et les éléments sont plutôt hostiles à sa famille. Elle va tenter de découvrir les raisons de cet éloignement et comprendre ce que son père cache au travers de ses recherches scientifiques…

Ce que je conseille :

A partir de 14 – 15 ans. A obtenu le prix Costa du meilleur livre de l’année (succès unanime en Grande-Bretagne depuis Philip Pullman, noté sur la quatrième de couverture)

 

 

 

 

 

LA JEUNE FILLE AU VISAGE DE PIERRE

Auteure : Praline GAY-PARA

Illustratrice : Nathalie CHOUX

Éditeur : Actes sud junior, 2016

 

jeune filla au visage de pierre

(Source : illustration de l’éditeur)

 

Ce que j’en résume : Voici l’histoire merveilleuse d’une jeune fille qui vit paisiblement avec son père, un cacique jusqu’au jour où celui-ci épouse une femme très séduisante. Cette dernière devient la marâtre de la jeune fille et jalouse sa beauté, sa jeunesse.

La jeune fille va épouser un jeune homme et quelques jours avant les noces, la marâtre s’en va trouver une vieille sorcière afin d’obtenir un maléfice qui nuira au mariage et à sa belle-fille…

Ce que j’en dis : Tirée d’un recueil intitulé « Contes curieux des 4 coins du monde » du même auteur, ce conte est d’origine chilienne.

Magnifique conte merveilleux où tous les ingrédients de ce genre sont présents… Je ne m’en lasse pas.

Toutefois, un petit bémol, et par avance pardon à Nathalie CHOUX dont j’aime le travail, pourquoi avoir dessiné un visage farineux, d’albâtre, blanchâtre et pas de pierre ???

Sinon le travail des illustrations est largement à la hauteur parce qu’ils créent une atmosphère à la fois traditionnelle (village, villageois, tenues vestimentaires) et hors du temps, intemporel comme l’est le conte… Quels beaux portraits de sorcière et de marâtre…

Ce que j’en conseille : à partir de 10 ans et bien au-delà

Nota bene : je ne sais ce qu’est un cacique. Voici une définition sur Wikipédia :  »

Cacique est un mot emprunté au taïno qui peut désigner :

 

 

IN a HEARTBEAT : court métrage

Voici une vidéo sur l’Amour :

 

CLIQUEZ ICI : IN A HEART BEAT – COURT METRAGE

 

Ce que j’en présente : C’est sans doute l’un des courts-métrages les plus mignons que vous verrez aujourd’hui ! “In a Heartbeat” est un beau projet de fin d’études de deux étudiants de l’école d’Art et de Design de Ringling, à Sarasota en Floride.

Ce que j’en dis : pour rappeler ou expliquer que l’amour est universe, qu’il ne connait pas les frontières, ni les sexes… Et surtout qu’être homosexuel est un sexualité NATURELLE.

 

L’ARBRE M’A DIT

Auteur : Sophie LESCAUT

Illustrateur : Thanh PORTAL

Éditeur : Le Grand Jardin, 2017 (Le Jardin intérieur)

 

L-arbre-m-a-dit

Ce que j’en dis : Un album aux couleurs douces, tendres, colorées. Le coup de crayon de Thanh Portal nous introduit dès la page de couverture dans un univers où nous nous sentirons protégés malgré les « tempêtes » et les orages.

La nature métaphore de la vie est rassurante ou inquiétante mais si on sait tourner les pages on peut s’en sortir et passer à la page suivante.

Le texte de Sophie Lescaut est un leitmotiv dont l’origine provient du fond des âges « L’arbre m’a dit… », c’est comme un savoir ancestral qui est transmis ou comme le jeu « Jacques a dit m’a dit ». Au lecteur de savoir ce qu’il en fait…

Il y a forcément une phrase qui fait echo chez nous parce que cet album est un album « méditatif » : un arrêt momentanément sur la vie pour l’observer et pour s’observer…

Cet album est un album doudou qui rassure et comme un grand frère nous montre un chemin… Album universel et humaniste.

J’aime en particulier ces trois phrases :

  • L’arbre m’a dit qu’il y a plein de chemins
  • L’arbre m’a dit de vivre les tempêtes
  • L’arbre m’a dit qu’il y a l’inacceptable

 

Ce que j’en conseille : Un album pour tous assurément

Site de l’éditeur : LE GRAND JARDIN Editions

 

 

MON AMI ARNIE

Auteur : Jeremy BEHM

Éditeur : Syros, 2016 (Hors série)

mon-ami-arnie (1)

 

Ce que j’en résume : Fox est un jeune américain de 15 ans, fluet, mignon, intelligent qui fait tout pour se fondre dans la masse et pourtant il est la cible préférée de racketteur… Son meilleur ami, Cliff,  noir, grand, costaud ne parvient pas toujours  à sauver son ami des griffes de la bande à Craig.

Et le jour où commence notre histoire, Fox vient de se faire piquer tout l’argent de son dur labeur. C’est la double peine pour lui : il se fait voler son argent durement gagné mais en plus il ne pourra offrir à sa première petite amie, Mia, la bague de ses rêves…

Arnie, le fils à papa du lycée propose un étrange marché à Fox et à Cliff afin de gagner de l’argent facilement…

Ce que j’en dis : En ouverture de l’intrigue, on découvre un cadavre de jeune fille et puis on passe au chapitre suivant intitulé « Fox » sans lien apparent aucun sauf le ton qui est donné.

L’atmosphère du livre pourrait être irrespirable s’il n’y avait cet humour décapant…

On passe de protagoniste en protagoniste (de chapitre en chapitre) sans perdre le fil de l’histoire. On est dans une vie de lycéen ordinaire entre potes et rivalités, entre flirt et exclusion (Cliff vit la sexualité à travers les yeux de son ami et des siens (dévisage la petite culotte des pom pom girls))

On ne connait jamais bien l’autre et quand une des facettes de son visage se dévoile, c’est forcément glaçant ou bien envoutant (Portrait de Mia)

Un roman à suspens, trop court ce qui fait toutefois sa force puisque le rythme est mené tambour battant comme nos pulsations quand on veut savoir comment l’aventure va se terminer…

Ce que j’en conseille : à partir de 15 ans et pour les jeunes adultes qui n’aiment pas lire.

A noter : Marc Behm (pour ceux qui ont lu ces thrillers) est le grand-père de Jeremy Behm… Auteur à suivre…

MOI ET LES AQUABOYS

Auteure : Nat LUURTSEMA

Éditeur : Gallimard jeunesse, 2016

Moi et les Aquaboys : Luurtsema, Nat

Ce que j’en résume  :

Hannah et Louise sont les meilleures amies du monde, depuis l’âge de 9 ans, elles écument les piscines car leur objectif : devenir nageuse professionnelle, participer aux Jeux Olympiques et remporter des médailles. Et pourtant, le rêve de l’une va se briser sur une sélection qui lui ouvrait les portes du professionnalisme.

Elle va se retrouver esseulée, au lycée chacun la trouve « à part », elle n’est pas populaire, ne cherche pas à plaire, est originale, est une échalas bref, une jeune fille de 15 ans que les autres lycéens évitent soigneusement…

Cela se commence sous les pires auspices mais la vie réserve toujours des surprises surtout pour les battants.

 

Ce que j’en pense :

Alors là je dis bravo pour cette héroïne crédible, battante, mal dans sa peau et qui, ne lâche rien !

On se retrouve dans une famille atypique et malgré cela, l’amour est présent… Les personnages ne sont pas caricaturés exceptés peut-être Sandy qui n’a rien pour elle. J’aime cette réflexion où le personnage principal tente de comprendre les raisons pour lesquelles les gens manipulent les uns et les autres. Je rajouterai et pour quelles raisons les gens se laissent faire…

J’aurai aimé toutefois en savoir un peu plus sur la maladie de Gabriel… Beaux portraits également de ces aquaboys qui ne déméritent pas par leur exploit et leur solidarité et ce qui rajoute à la crédibilité des relations humaines c’est que les garçons ne sont en étroite relation avec l’héroïne, le fossé qui a été crée s’est comblé mais dans la pudeur…

Enfin, ce roman montre (de loin) la difficulté de la natation synchronisée qui est en fait un sport violent, dangereux comme peut l’être d’autres sports collectifs. Pour ma part, je ne savais pas que des garçons pouvaient en pratiquer.

Et pour finir j’ajoute que ce roman est un plaisir de lecture grâce à son humour pas lourdingue…

Ce que j’en conseille :

A partir de 13 ans et plus bien sûr

Ce que je note :

je crois savoir qu’il existe une suite à ce roman. Si c’est le cas c’est avec plaisir que je retrouverai toutes ces personnages…

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑