Recherche

LUDIDELIRE

Que lire en littérature jeunesse ? A quoi jouer ? Farfouillez ici vous trouverez

UN SI PETIT OISEAU

AUTRICE : Marie PAVLENKO

ÉDITIONS : Flammarion, 2019

CE QUE J’EN RÉSUME : La vie s’arrête pour Abi, ce jour du mois de mai où une voiture les a percutées, elle et sa maman. Le bras négligemment posé sur la voiture, Abigail perd son bras..

Elle s’est détournée de sa bande de copains, de son ex petit ami, de ses études, de ses loisirs… La vie est moche et triste et la douleur de son bras est quotidien… Comment vivre sans une partie de soi ? Heureusement, la présence de Yoru, de sa tante exubérante, du soutien infaillible de sa mère et de son père et ses nouvelles rencontres vont lui permettre de lui rendre goût à la vie

CE QUE J’EN PENSE : c’est un livre magnifiquement écrit et je regrette presque de ne pas avoir découvert Marie Pavlenko avant… Aucune ligne de trop, les descriptions sont empreintes d’une certaine légèreté, d’une certaine poésie. On lit d’une traite la vie de cette jeune femme de 20 ans fauchée là où les expériences s’ouvrent à elle… On note que le handicap est une affaire de société aussi bien que familiale, le regard d’autrui aide à la reconstruction et la manière dont on se ressent à l’intérieur participe à cette même reconstruction… Certains handicaps se voient tandis que d’autres sont enfouis au plus profond de soi-même… Petite réflexion sur le jugement de soi et des autres.

CE QUE J’EN CONSEILLE : Pour collégien à partir de 14 – 15 ans et young adults. A LIRE…

Publicités

LES DÉCLINAISONS DE MARGUERITE

AUTRICE : Séraphine MENU

ÉDITIONS : Thierry Magnier, 2018

CE QUE J’EN RÉSUME : Marguerite vit avec sa mère Vivi qui est très stricte et ses sœurs et frère. Son père les a quittés et la famille ne l’a jamais revu depuis la séparation… Et fait étrange, Lumine, la meilleure amie de Marguerite, a emménagé il y a peu, près de chez ce père… Lumine, la meilleure amiede Marguerite est partie et Maggie se sent seule. En classe, elle se retrouve avec Pauline par défaut… Heureusement, Anatole, le garçon dont elle est amoureuse va se rendre en Italie avec tous les latinistes dont elle fait partie, une belle occasion à ne pas rater…

CE QUE J’EN PENSE : Le patronyme de Maggie (Marguerite) est Repas m’a fait sourire quand on sait comment se nomme l’autrice. Ce roman n’a rien d’extraordinaire et pourtant, c’est un roman plein de douceur, sans mièvreries où les scènes se succèdent et ne se ressemblent pas. On chemine avec Marguerite et on grandit et mûrit avec elle… Une vie comme tant d’autres et pourtant, on ne s’ennuie pas une seule seconde… Tout est vibrant dans ce roman…

CE QUE J’EN CONSEILLE : à partir du collège (12 ans)

TOMY UNGERER : AU REVOIR MONSIEUR !

L’auteur, dessinateur et illustrateur strasbourgeois Tomi Ungerer est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, à Cork, en Irlande, au domicile de sa fille Aria.

L’auteur, dessinateur et illustrateur strasbourgeois Tomi Ungerer, 87 ans, est décédé dans la nuit de vendredi à samedi, à Cork, en Irlande, au domicile de sa fille Aria. Il a été retrouvé le matin, à 9 heures, dans son lit,annoncent les Dernières nouvelles d’Alsace.

Son univers à la fois tendre et subversif, où les grands chapeaux des « Trois brigands » et le visage rond de « Jean de la Lune » cohabitent avec les maîtresses dominatrices vêtues de cuir et des grenouilles aux mines réjouies pratiquant le kamasutra, a influencé aussi bien le monde du dessin de presse que ceux de la bande-dessinée et de l’illustration jeunesse.

Longue silhouette surmontée d’épais cheveux blancs, regard malicieux et canne pourvue d’une sonnette de vélo, Tomi Ungerer, dessinateur, écrivain, sculpteur, a gardé jusqu’à la fin une âme d’enfant curieux.

En novembre 2016, alors qu’il fêtait ses 85 ans à Strasbourg, l’artiste n’hésitait pas à tourner la mort en dérision. « Dans la légion on ditmarche ou crève. Moi, je dis crève d’abord et marche ensuite ! ».

Fumant une cigarette dans le jardin du musée qui lui est dédié, il adressait aussi un pied de nez à la maladie. « J’ai toujours fumé, même quand j’avais le cancer. Je disais Tumor mit Humor!« .

L’artiste laisse derrière lui une œuvre immense dont un musée à Strasbourg assure le rayonnement.

TOUT EST VRAI

AUTRICE : Lygia Day Penaflor

ÉDITEUR : Albin Michel

DATE DE PARUTION : sept. 2018

Source : Decitre

 

Ce que j’en résume : 3 lycéennes dans un lycée huppé des États-Unis. Ces 3 se connaissent depuis l’école primaire, elles sont liées par une amitié de longue date et par des gouts communs et une superficialité qu’elles reconnaissent bien volontiers…

Un jour, elle rencontre une écrivaine du nom de Fatima Ro dont le premier roman fut un best-sellers… Celle-ci devient leur mentor, leur amie, le modèle à suivre… Commence alors une relation que chaque protagoniste qualifiera de merveilleuse, de perverse ou bien de manipulation…

Ce que j’en dis : Voilà un roman qui ne laisse pas indifférent de par sa construction : alternance d’interview des 3 jeunes filles après le drame avec des extraits du roman de Fatima Ro. Au départ cette construction me perdait, j’étais cassée dans ma lecture et puis c’est finalement comme une respiration, on a le temps de souffler entre deux passages et de par son fond, on s’interroge sur les liens qui unissent les uns aux autres, ce qu’on retire véritablement d’une relation, la part de faux, la part de superficialité, la part de ce qui nous porte chez l’autre et ce que nous portons chez lui.

Bref un roman, qui au départ me faisait penser aux séries américaines où tout est traité de manière superficielle mais quand on gratte la couche de vernis, on reçoit ce roman comme un uppercut… La fin met mal à l’aise…Peut-on amender quelqu’un ?? ou bien est-il condamné à vie ???

J’allais oublier de parler de la tranche du livre : au fur et à mesure de l’avancée dans le livre, la tranche nous fait découvrir deux indications ou plutôt deux injonctions : « Aie confiance » et « Dis-moi tout »

Ce qu’en j’en conseille : Niveau lycée et young adults

LA FAUCHEUSE :THUNDERHEAD

TITRE : LA FAUCHEUSE : THUNDERHEAD

AUTEUR : Neal SHUSTERMAN

TOMAISON : 2

ÉDITEUR : Robert Laffont

COLLECTION : R, 2018

Ce que j’en résume : Revoilà dans ce second tome nos protagonistes à savoir nos deux adolescents préférés Rowan et Citra et son mentor Dame Curie.

Un rebondissement et de taille va advenir (je ne peux dire quant à son sujet) mais ce roman a à cœur de dévoiler les pensées du Thunderhead et de ses moyens d’actions qui semblent à la fois restreints et étendus.

Greyson Tolliver va servir de loin et de près la cause du Thunderhead tout en restant dans l’ombre des malpropres…

Citra et Rowan vont aller ici et là au gré des complots de la communauté des Faucheurs jusqu’à l’action ultime…

Ce que j’en dis : toujours autant de rebondissements… Un peu de longueur sur l’île mais nous avons affaire toujours et encore à un maître conteur de série de fantasy pour jeunes adultes

Voici le lien conduisant à la critique du premier tomede LA FAUCHEUSE cf. ci dessous :

HARRY POTTER : quelques anecdotes

A voir pour les fans de la série écrite et télévisée… Mieux vaut connaître la série avant de visionner ce webdoc :

Toutes les anecdotes de la saga HARRY POTTER à connaître ! [Compilation] – Allociné

 

Harry Potter (postava) – Wikipedie

LA FAUCHEUSE

TITRE : La Faucheuse

AUTEUR : Neal SHUSTERMAN

ÉDITEUR : Robert Laffont

COLLECTION : R

TOMAISON : 1, 2017(pour l’édition française)

 

Ce que j’en résume : Rowan Damish et Citra Terranova sont deux adolescents très différents qui ne se seraient jamais rencontrés s’ils n’avaient eu un intérêt pour un certain faucheur du nom de Faraday.

Nous sommes dans un monde (après le nôtre) où les douleurs n’existent plus ou du moins sont éradiquées par un système de nanites, où la mort n’existe plus puisque si un accident mortel vous arrive, vous êtes transférés dans un centre de résurrection, vous pouvez rajeunir autant de fois que vous le souhaitez… L’homme est devenu immortel et ce monde est géré par un Thunderhead…

Toutefois, la terre étant surpeuplée, une communauté appelée les faucheurs est chargée « d’éliminer » des individus selon des critères propres à chaque faucheur…

Rowam et Citra vont découvrir cet univers fait de complot, de trahison, d’amitié, de secret et s’interroger sur la question de la mort (et de l’immortalité)

Ce que j’en pense : On se laisse transporter par ce roman, cette écriture de « raconteur »… Les personnages sont suffisamment complexes et ne versent pas dans la caricature (excepté peut-être Goddard) pour qu’on s’y attache et surtout pour que l’on s’approprie leur manière d’agir… On peut comprendre chaque point de vue…

Et puis, quelle est la raison de vivre d’un homme immortel. Même sa liberté de mourir n’est pas accepté…

C’est un premier tome, à ce jour il y a 3 tomes de traduits… Hâte de lire le second tome…

Il semblerait qu’il soit adapté au cinéma.

LA FAUCHEUSE Tome 1

Ce que j’en conseille : à partir du lycée, certaines scènes sont violentes… Pour Young adults…

Pour un cadeau de noël c’est parfait… Allez chez votre libraire du coin c’est bien…

Signe particulier : TRANSPARENTE

AUTRICE : Nathalie STRAGIER

TITRE : Signe particulier : transparente

ÉDITEUR : Syros, 2018 (Hors-série)

 

Signe particulier : Transparente

 

Ce que j’en résume : Esther vit dans une fratrie de 3. Elle a une soeur aînée Alexandra et un petit frère Maxime. Elle est au lycée et a une meilleure amie, Romane qui, contrairement à elle, est flamboyante… Elle se trouve fade, insipide, d’ailleurs les gens de son entourage, famille comprise l’ignore la plupart du temps. C’est tout juste si on remarque son existence…

Un jour, elle disparait totalement pendant quelques minutes, elle disparait véritablement et cette sensation lui fait dans un premier temps très peur et puis… elle y trouve un intérêt certain puisqu’ainsi elle pourra écouter les conversations d’autrui, les espionner voire les tourmenter mais c’est sans compter la relation avec Godeleine…

Ce que j’en dis : Un roman qui dit finement notre rapport aux autres. Quelle est notre juste place ? La façon dont nous regarde les autres nous conditionne t’elle dans la manière dont nous devons agir ? Nous connaissons-nous suffisamment pour savoir ce que l’on veut et comment exister au monde tout en restant soi-même…

Le récit est fluide avec de nombreux dialogues et pas de difficultés majeures de vocabulaire ou de tournures grammaticales pompeuses… s’adresse vraiment aux ados tout en leur laissant la place de la réflexion… De nombreux passages qui permettent de prendre du recul sur la situation d’Esther et de s’interroger soi-même sur son alignement au monde…

Pas de jugement sur les uns, les autres ; chacun évolue comme il le peut, avec son caractère, ses émotions, son physique…

Ce que j’en recommande : Pour tous, dès le collège à partir de 12 ans

 

 

 

 

 

 

 

LA PASSE-MIROIR : LES DISPARUS DU CLAIRDELUNE

AUTRICE : Christelle DABOS

TITRE : Les Disparus de Clairdelune, tome 2

SÉRIE : LA Passe-Miroir

ÉDITEUR : Gallimard jeunesse, 2015 pour le texte

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Source photo : Ludidelire

 

Ce que j’en résume : Ce tome est une enquête policière où Ophélie se voit, malgré elle, contrainte de rechercher des disparus, des nobles dont fait partie Archibald…

En tant que vice conteuse dans la Citacielle, elle va découvrir qui est Dieu et ses terribles machinations…

Ce que j’en dis : l’univers est toujours aussi illusoire,on a l’impression d’un gros foutoir où les êtres et les objets obéissent à une loi bien spécifique celle de Dieu…

Le talent de conteuse de Christelle Dabos est toujours aussi présent à chaque page… Si on a aimé le premier tome, voir critique ici :LA PASSE-MIROIR : LES FIANCES DE L’HIVER, on aimera forcément celui-ci…

Les relations entre Ophélie et Thorn sont toujours aussi complexes et c’est là un véritable intérêt dans toute cette histoire.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
A bord de la Citacielle ; Source photo : Ludidelire

Ce que j’en conseille : pour les collégiens (4ème – 3ème) et au-delà d’ailleurs car cette histoire plait énormément aux adultes de SF (science -fiction et autre fantasy)

 

 

 

 

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑