SLXLM

 

 

Auteur : Ursula POZNANSKI

Éditeur : Bayard jeunesse

 

Ce que j’en résume  : Vite, vite, le résumé pour donner envie de lire :

Nick Dunmore est intrigué voire irrité par l’un de ses copains de lycée Colin. Celui-ci a un comportement très étrange, il l’évite, fait ami-ami avec le groupe de loosers du lycée… Qu’est ce qui lui arrive ?

Un jour, Brynne, folle amoureuse de Nick, qui lui, n’en a cure (en gros elle lui tape sur les nerfs et il trouve qu’elle n’a pas de cervelle) lui remet un mystérieux DVD mais il faut respecter certaines conditions s’il veut le visionner.

Nick Dunmore accepte avec un peu d’hésitation et une fois rentré chez lui se met devant son ordinateur…

Il découvre alors un jeu qui le rend accroc rapidement. Ce jeu a une spécificité, il se déroule à la fois sur le virtuel mais également des missions doivent être réalisées sur le « terrain » mais ces missions sont très dangereuses… et auront des conséquences à long terme…

Jamie, Emily, Adrian font partie des lycéens qui ne veulent pas jouer à ce jeu. Jamie, le meilleur ami de Nick voit ce dernier s’enfoncer dans une dépendance dangereuse pour lui et décide de tout faire pour l’en sortir jusqu’au moment où l’inévitable arrive…

Ce que j’en pense : Roman très bien fait parce qu’on entre vite dans la vie de ces lycéens et ce qui est fort c’est qu’on entre également dans le jeu avec Sarius, l’avatar de Nick Dunmore… On le suit pas à pas dans sa vie virtuelle et de lycéen… Ce roman met en lumière les risques d’une dépendance mentale via le jeu virtuel, le manque de réflexion et de distance avec la réalité, la manipulation est un jeu dangereux…

Bien fait, la chute aussi est intéressante… Un ou deux petits bémols, je ne sais pas si c’est un problème de traduction, l’auteur est allemande, mais parfois la concordance de temps est inappropriée et cela rend le récit un peu mécanique…

Le sujet n’est pas neuf, Christian LEHMAN l’a exploité dans les tomes de « No pasaran le jeu » dont je vous parlerai bientôt, je les relirais pour mieux vous en parler…

En attendant bonne lecture, 34 chapitres et 442 pages que j’ai lus en 2 jours…

bien sûr !

Publicités