AUTRICE : Christelle DABOS

TITRE : Les Fiancés de l’hiver, tome 1

SÉRIE : La Passe-Miroir

ÉDITEUR : Gallimard jeunesse, 2013

PRIX : 18.00 Euros

NOMBRE DE PAGES : 517 p.

 

LA Passe-miroir, 1
Source : Ludidelire

Ce que j’en résume : « Après la Déchirure qui a mis fin à l’Ancien Monde, la vie s’est concentrée sur quelques territoires distincts, des arches suspendues dans les airs. Habitée  par des familles dotées de pouvoirs particuliers, chacune d’elles est dirigée par un lointain ancêtre, appelé « esprit de famille » » (in « Les disparus du Clairdelune« )

Ophélie âgée de  16 ans est une jeune fille maladroite, qui semble dénuée d’émotions. Son seul objectif dans la vie : n’être qu’une « liseuse », une gardienne de musée. Lire étant sa passion et c’est une aptitude toute particulière dans sa communauté : elle est capable de lire l’histoire d’un objet en le touchant et elle perçoit ainsi la trace de toutes les personnes ayant touché ledit objet… Elle est aussi capable de traverser d’un miroir à l’autre.

Quand démarre notre histoire, Ophélie est promise à Thorn vivant sur l’arche lointaine du Pôle. Ce mariage arrangé et forcé l’entraîne dans un monde de mirage, d’illusions où elle comprend au fil de ses observations que ce monde  est un monde où intrigues, meurtres, chantages, complots sont omniprésents. Chaque individu, chaque clan cherche la reconnaissance, de Farouk, l’esprit de famille du Pôle…

Thorn son fiancé la cache aidé par Berenilde sa tante. Ophélie découvre qu’ils appartiennent au Clan des Dragons et que ce mariage arrangé n’est pas sans conséquence pour elle. Ils se retrouvent tous sur Citacielle afin de mieux cacher Ophélie aux yeux de tous… Déguisé via une illusion sous le nom de Mime, elle va de surprise en surprise en découvrant que cette cité n’est qu’illusion et qu’il ne faut surtout pas se fier à ce qu’on lui dit ou à ce qu’elle voit…

 

Ce que j’en dis : difficile de résumer ce livre 1 tant l’autrice nous fait évoluer dans un monde loin du nôtre par ses pièces de distorsion spatiale et d’illusions… L’écriture est simple et directe, les descriptions réussies nous permettent d’entrer de plein pied dans ce récit de fantasy. Christelle Dabos sait raconter les histoires…Les personnages sont extrêmement réussis tant sur le plan psychologique que physique… Archibald par exemple est un personnage dom juanesque qui se vêt de façon repoussante et pourtant il est le tombeur de ses dames et que dire d’un Thorn, personnage horripilant, froid, limite autiste et qui pourtant protège (il semblerait) et s’attache à Ophélie…. Ophélie, personnage si petit, si fragile, si maladroite, si ingénue et pourtant si intelligente et si dégourdie et si forte…

La suite dans un prochain post, car quitter Ophélie alors qu’elle va rencontrer Farouk, ce n’est pas possible, j’ai besoin de savoir si elle réussira à se sortir de ce traquenard…

Ce que j’en conseille : Avec ses 517 pages, c’est un livre qui peut effrayer les lecteurs les plus réticents… Niveau collège, à partir de la 4ème (sauf très bon lecteur) avec une attirance pour les récits de fantasy mâtinés d’une pointe de science-fiction…

Pour info, Christelle DABOS a concouru pour un Prix du Premier roman organisé par Gallimard jeunesse, RTL et Télérama. Elle a écrit ce premier tome et par la suite et a obtenu le GRAND PRIX DE L’IMAGINAIRE 2016

 

Publicités