Autrice : Anne-Laure BONDOUX

Éditeur : Gallimard jeunesse, 2017

 

L'aube sera grandiose de Anne-Laure Bondoux

 

Ce que j’en résume : Nine vient d’être enlevée par sa mère, l’écrivaine de polar Titania Karelman. Celle-ci l’emmène dans une cabane, à l’abri des regards… Et pendant toute la nuit, la mère va causer à sa fille : elle va lui révéler des secrets concernant sa famille et la vie de bohème car elle a mené toute son enfance…

Nine va regarder sa maman d’une toute autre façon et découvrir sa véritable identité

Ce que j’en dis : L’histoire en elle-même est une histoire à suspense qui en vaut une autre (ouh là là, ça commence bien…) mais l’ambiance dans laquelle on se retrouve immergée est un pur délice, les années 1970, les matchs de foot et les vinyles c’est un pur régal (oui, oui je me répète)…

Un petit moins pour les retours en arrière : la mère trouve tous les subterfuges pour ne pas divulguer son histoire d’une traite et cela parait un peu artificiel par moment mais le suspense est ménagé donc réussi de ce côté-là.

J’ai hâte d’avoir d’autres avis sur ce roman…

Ce que j’en note : il a obtenu le Prix Vendredi 2017 ( En partenariat avec la Fondation d’Entreprise La Poste, les éditeurs Jeunesse du Syndicat national de l’édition initient en 2017 le premier prix national de littérature ado. Nommé « Prix Vendredi », en référence à Michel Tournier, il récompensera un ouvrage francophone, destiné aux plus de 13 ans, désigné par un jury composé de professionnels)

Publicités