Recherche

LUDIDELIRE

Que lire en littérature jeunesse ? A quoi jouer ? Farfouillez ici vous trouverez

Catégorie

Bande dessinée

Les Quatre de BAKER STREET

SCÉNARISTE : J.B. DJIAN et OLIVIER LEGRAND

DESSINATEUR : David ETIEN

ÉDITEUR : Vents d’ouest

SÉRIE : 6 tomes en 2015 (probablement 7 en 2018) [les 3 derniers tomes sont consacrés au démantèlement des complices de Moriarty]

Résultat de recherche d'images pour "les 4 de baker street"

Ce que j’en résume et ce que j’en dis : nous voici au temps de Sherlock Holmes, à Londres, au XIX ème siècle. La capitale est un concentré disparate d’immigrants (Irlandais, Russe…) de populations pauvres, de voyous en tout genre, de criminels notoires, d’aristocrates… Et parmi celle-ci, 3 mômes : Black Tom, Charlie et Billy accompagné de Watson le chat tigré qui travaillent pour Sherlock Holmes ; ils sont ses yeux, ses oreilles et les petites mains…

Chaque tome s’ouvre sur une « affaire criminelle » et la plupart du temps, les 4 de Baker Street (si l’on compte Watson, le félin) se retrouvent isolés pour mener à bien leurs investigations…

Bande dessinée réussie par l’atmosphère londonnienne des bas fonds et des beaux quartiers. Les auteurs ont pour fil rouge les aventures de Sherlock Holmes par Arthur Conan Doyle… Les aventures sont bien menées, haletantes, jamais on ne s’ennuie…

Ce que j’en conseille : un peu difficile mais je dirai fin de collège parce que l’on est confronté à la prostitution, aux crimes odieux, à des termes comme « maquereaux »…

 

 

Publicités

CHAUSSETTE

Scénariste : Loïc CLEMENT

Dessinatrice : Anne MONTEL

Editeur : Delcourt jeunesse, 2017

montelChaussetteCouv-152x200

 

Ce que j’en résume : Voici l’histoire de Josette baptisée Chaussette par le petit voisin. Ce dernier observe cette femme âgée, atypique et avec une grande douceur il croque le portrait de cette femme qui a pour seul compagnon un chien.

Ce que j’en dis : Voici une bande dessinée qui raconte le quotidien de ces personnes d’un certain âge qui vivent hors le monde. La vieillesse, la solitude, ce qui nous raccroche à la vie sont des fils qui sont noués comme une pelote de laine… Que fait-on de cette pelote de laine ? Continuer à construire le fil de la vie ou bien attendre qu’un autre vienne dérouler le fil de laine pour en apprendre plus sur une histoire passée…

Les dessins délicats, sensibles (les auteurs évitent la sensiblerie) sont des fils tenus qui retiennent à peine la Vie… Et il suffit de peu pour redonner le goût de la douceur, de l’apaisement, du lien aux autres…

J’aime aussi cette idée que les auteurs soulignent : il faut se tenir de tout jugement… Mets les pieds dans les sabots de l’autre afin de le comprendre…

Comment évoquer, dessiner le quotidien de l’autre sans ennui ? S’intéresser à l’autre avec de bonnes raisons, celle qui fait qu’on lui tend la main sans jugement, sans a-priori…

Bande dessinée humaniste… Merci pour cela…

Ce que j’en conseille : Pour les enfants à partir de 8 ans et pour tous…

 

 

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑