Recherche

LUDIDELIRE

Que lire en littérature jeunesse ? A quoi jouer ? Farfouillez ici vous trouverez

Catégorie

Roman adolescent

L’APPRENTI EPOUVANTEUR Tome 1

Auteur : Joseph DELANEY

Éditeur : Bayard jeunesse

Tomaison : 1

apprenti épouvanteur

Ce que j’en résume : Tom J. Ward est le septième fils d’un septième fils . A sa naissance, sa maman a envoyé une lettre à l’Epouvanteur afin de lui signifier qu’elle lui ferait don de son enfant né ce jour-là pour qu’il l’instruise et devienne à son tour Epouvanteur.

Le jour de ses 13 ans, Tom part avec cet homme un peu effrayant :  les gens le fuient tout en lui demandant son aide. Il a pour fonction de chasser les êtres maléfiques (goules, démons…) et aider les âmes errantes à partir dans l’au-delà.

Le jeune adolescent brave les peurs qui l’habitent et suit cet homme rude…

Ce que j’en pense : Roman sur la mort et la vie, sur les rapports entre les êtres, sur nos perceptions, nos peurs… Un roman qui parle de nous, sur nous…

La psychologie du jeune héros est bien perçue et entrevoit clairement son cheminement de pensées.

Je suis un peu « effrayée » par le nombre de tome en cours… et donc peur de la redondance ou du nouveau renouvellement des histoires… Suite au prochain volume !

Ce que j’en conseille : on peut le conseiller pour un bon lecteur en CM2 sinon collège

 

 

Publicités

MARESI

Autrice :  Maria Turtschaninoff

Éditeur : Rageot, 2017

 

livre-maresi-1

Ce que j’en résume : Maresi est une jeune fille qui vit sur une île entourée exclusivement de filles, de femmes. Ainsi protégée  du monde extérieur, elle peut manger à sa faim et lire dans les livres anciens de l’abbaye…

Et puis un jour, Yaï, débarque sur l’île et la vie de la communauté de femmes va en être bouleversée à jamais !

Ce que j’en dis : un roman extrêmement  délicat pour dénoncer l’indicible et mettre à l’honneur  la délicatesse et la robustesse du féminin… Un magnifique roman qui se mérite… Je veux dire par là que nous avançons pas à pas dans ce récit et qu’il faut du temps pour que les choses, les évènements se mettent en place… En somme un temps de maturation, de réflexion, le temps de la vie !

Ce que j’en conseille : pour les adolescents à partir de 14-15 ans

L’AUBE SERA GRANDIOSE

Autrice : Anne-Laure BONDOUX

Éditeur : Gallimard jeunesse, 2017

 

L'aube sera grandiose de Anne-Laure Bondoux

 

Ce que j’en résume : Nine vient d’être enlevée par sa mère, l’écrivaine de polar Titania Karelman. Celle-ci l’emmène dans une cabane, à l’abri des regards… Et pendant toute la nuit, la mère va causer à sa fille : elle va lui révéler des secrets concernant sa famille et la vie de bohème car elle a mené toute son enfance…

Nine va regarder sa maman d’une toute autre façon et découvrir sa véritable identité

Ce que j’en dis : L’histoire en elle-même est une histoire à suspense qui en vaut une autre (ouh là là, ça commence bien…) mais l’ambiance dans laquelle on se retrouve immergée est un pur délice, les années 1970, les matchs de foot et les vinyles c’est un pur régal (oui, oui je me répète)…

Un petit moins pour les retours en arrière : la mère trouve tous les subterfuges pour ne pas divulguer son histoire d’une traite et cela parait un peu artificiel par moment mais le suspense est ménagé donc réussi de ce côté-là.

J’ai hâte d’avoir d’autres avis sur ce roman…

Ce que j’en note : il a obtenu le Prix Vendredi 2017 ( En partenariat avec la Fondation d’Entreprise La Poste, les éditeurs Jeunesse du Syndicat national de l’édition initient en 2017 le premier prix national de littérature ado. Nommé « Prix Vendredi », en référence à Michel Tournier, il récompensera un ouvrage francophone, destiné aux plus de 13 ans, désigné par un jury composé de professionnels)

MON AMI ARNIE

Auteur : Jeremy BEHM

Éditeur : Syros, 2016 (Hors série)

mon-ami-arnie (1)

 

Ce que j’en résume : Fox est un jeune américain de 15 ans, fluet, mignon, intelligent qui fait tout pour se fondre dans la masse et pourtant il est la cible préférée de racketteur… Son meilleur ami, Cliff,  noir, grand, costaud ne parvient pas toujours  à sauver son ami des griffes de la bande à Craig.

Et le jour où commence notre histoire, Fox vient de se faire piquer tout l’argent de son dur labeur. C’est la double peine pour lui : il se fait voler son argent durement gagné mais en plus il ne pourra offrir à sa première petite amie, Mia, la bague de ses rêves…

Arnie, le fils à papa du lycée propose un étrange marché à Fox et à Cliff afin de gagner de l’argent facilement…

Ce que j’en dis : En ouverture de l’intrigue, on découvre un cadavre de jeune fille et puis on passe au chapitre suivant intitulé « Fox » sans lien apparent aucun sauf le ton qui est donné.

L’atmosphère du livre pourrait être irrespirable s’il n’y avait cet humour décapant…

On passe de protagoniste en protagoniste (de chapitre en chapitre) sans perdre le fil de l’histoire. On est dans une vie de lycéen ordinaire entre potes et rivalités, entre flirt et exclusion (Cliff vit la sexualité à travers les yeux de son ami et des siens (dévisage la petite culotte des pom pom girls))

On ne connait jamais bien l’autre et quand une des facettes de son visage se dévoile, c’est forcément glaçant ou bien envoutant (Portrait de Mia)

Un roman à suspens, trop court ce qui fait toutefois sa force puisque le rythme est mené tambour battant comme nos pulsations quand on veut savoir comment l’aventure va se terminer…

Ce que j’en conseille : à partir de 15 ans et pour les jeunes adultes qui n’aiment pas lire.

A noter : Marc Behm (pour ceux qui ont lu ces thrillers) est le grand-père de Jeremy Behm… Auteur à suivre…

MOI ET LES AQUABOYS

Auteure : Nat LUURTSEMA

Éditeur : Gallimard jeunesse, 2016

Moi et les Aquaboys : Luurtsema, Nat

Ce que j’en résume  :

Hannah et Louise sont les meilleures amies du monde, depuis l’âge de 9 ans, elles écument les piscines car leur objectif : devenir nageuse professionnelle, participer aux Jeux Olympiques et remporter des médailles. Et pourtant, le rêve de l’une va se briser sur une sélection qui lui ouvrait les portes du professionnalisme.

Elle va se retrouver esseulée, au lycée chacun la trouve « à part », elle n’est pas populaire, ne cherche pas à plaire, est originale, est une échalas bref, une jeune fille de 15 ans que les autres lycéens évitent soigneusement…

Cela se commence sous les pires auspices mais la vie réserve toujours des surprises surtout pour les battants.

 

Ce que j’en pense :

Alors là je dis bravo pour cette héroïne crédible, battante, mal dans sa peau et qui, ne lâche rien !

On se retrouve dans une famille atypique et malgré cela, l’amour est présent… Les personnages ne sont pas caricaturés exceptés peut-être Sandy qui n’a rien pour elle. J’aime cette réflexion où le personnage principal tente de comprendre les raisons pour lesquelles les gens manipulent les uns et les autres. Je rajouterai et pour quelles raisons les gens se laissent faire…

J’aurai aimé toutefois en savoir un peu plus sur la maladie de Gabriel… Beaux portraits également de ces aquaboys qui ne déméritent pas par leur exploit et leur solidarité et ce qui rajoute à la crédibilité des relations humaines c’est que les garçons ne sont en étroite relation avec l’héroïne, le fossé qui a été crée s’est comblé mais dans la pudeur…

Enfin, ce roman montre (de loin) la difficulté de la natation synchronisée qui est en fait un sport violent, dangereux comme peut l’être d’autres sports collectifs. Pour ma part, je ne savais pas que des garçons pouvaient en pratiquer.

Et pour finir j’ajoute que ce roman est un plaisir de lecture grâce à son humour pas lourdingue…

Ce que j’en conseille :

A partir de 13 ans et plus bien sûr

Ce que je note :

je crois savoir qu’il existe une suite à ce roman. Si c’est le cas c’est avec plaisir que je retrouverai toutes ces personnages…

 

La Sélection : L’Elue (livre 3/5)

Auteure : Kiera CASS

Editeur : Robert Laffont, 2014

Collection : R, Livre III

la-selection,-tome-3---l-elue-425659-264-432

Ce que j’en pense : vous aviez eu un arrière goût de ce que je pensais dans les critiques des 2 tomes précédents et cela ne va pas en s’arrangeant. Car la fin est consensuelle, mièvre… Bref, à lire pour se vider la tête et puis passer très rapidement à quelque chose de plus consistant, d’intéressant…assurément…

Critiques précédentes : LA SELECTION : l’Elite (2/5)  et   LA SELECTION

Ce que j’ajoute : et bien oui, je vous le dis quand même : il existe une suite à cette trilogie,  en 2 tomes dont le tome 4 s’intitule « L’Héritière » et il existe même un hors série : « La Sélection, histoires secrètes : le Prince et le Garde »

Voilà, je n’en dirai pas plus… Mais bien déçue…

 

LA SELECTION : l’Elite (2/5)

Auteure : Kiera CASS

Editeur : Robert Laffont, 2013

Collection : R ; Livre II

la-selection,-tome-2---l--lite-770310(Version espagnole)

Ce que j’en dis : Aïe, Aïe, aïe, le début de ce deuxième tome m’a laissée perplexe voire ennuyée par tant de récit gnangnan, larmoyant…

Comme dans les romans à l’eau de rose, l’héroïne se morfond, pleure, craque, riposte mais on sent que les évènements la ballotent d’une page à l’autre sans qu’elle n’arrive à réellement maîtriser les choses et son amour pour le Prince.

Et puis, j’ai tenu le coup et ai voulu connaître la fin de ce tome pour finalement me réconcilier avec le récit qui donne un peu plus d’épaisseur à l’entourage de Maxon (enfin) et à America qui me paraissait bien nunuche et par trop indécise.

Je m’en vais lire le tome 3 intitulé « L’Elue », si, si

Ce que j’en conseille : comme pour le premier tome, roman pour ado romantique, afin de se vider la tête… Mais n’est pas un roman qui nourrit l’âme… A classer dans la catégorie « Roman à l’eau de rose »

 

 

LA SELECTION

AUTEURE : Kiera CASS

EDITEUR : Robert Laffont, 2012

COLLECTION : R,  Livre I

la sélection

Ce que j’en dis : bon, passons sur la couverture qui est trop kitsch à mon goût, voici une série de 5 tomes dont je vous présente le premier tome.

Nous nous retrouvons dans un pays dénommé Illéa, quatre guerres mondiales se sont succédées et à présent, ce pays est divisé en caste.

L’héroïne prénommée America Singer appartient à la caste Cinq, celle des artistes. Pour survivre, sa famille composée de cinq enfants dépend de mécènes…

Toutefois, la vie d’América est une vie d’adolescente ‘traditionnelle » : elle est choyée dans sa famille,  étouffée par les recommandations de sa mère, aide à la maison et… vit une relation passionnément amoureuse avec Aspen avec qui elle rêve d’une vie de famille…

Et soudain, surgit l’impensable, Aspen rompt avec América éplorée, celle-ci candidate à la Sélection : le prince du Royaume, Maxon veut trouver épouse et parmi 35 candidates, 35 filles du royaume, il devra choisir son Êlue…

Bon c’est vrai que résumer comme cela l’histoire fait un peu mièvre mais si vous avez un peu l’âme romantique, cette série (ou du moins ce tome 1) tient ses promesses…

C’est comme si vous succiez un bonbon acidulé : c’est doux, c’est bon, cela fait du bien même si cela ne nourrit pas, vous passez un moment de rêveries et de strass et de paillettes… La dystopie est un prétexte pour asseoir le récit, j’en ai bien conscience mais le véritable intérêt n’est-il pas l’Amour sous toutes ses formes ???

Pas impérissable mais franchement, on oublie son quotidien le temps de 343 pages…

Ce que j’en conseille : à partir de 13-14 ans, pour les âmes rêveuses qui ne cherchent pas à se prendre la tête… Divertissant et so romantic…

LES PETITS ORAGES

Auteure : Marie CHARTRES

Éditeur : L’École des loisirs, 2016

les petits orages

 

Ce que j’en résume : Après un violent accident de voiture, Moses Laufer Victor Léonard a la jambe atrophiée et sa mère « marche » en fauteuil roulant… Ce qui désespère le père de Moses. Moses s’est replié sur lui-même, se réfugie sur Internet ou regarde des films documentaires qui lui font du bien…

Rien ne va plus mais c’est sans compter sur la rencontre avec un oglala de la réserve de Pine Ridge, un dénommé Ratso et un road movie qui va les mener vers des paysages intérieurs profonds…

Ce que j’en dis : on se laisse transporter par l’histoire de ces amérindiens, ces lakotas et cet ado blanc, fils de psychiatre qui n’arrive pas à mettre en mot sa culpabilité… Ce roman est puissant par son humanité et par son profond humanisme. Nous sommes amérindien, nous sommes handicapé, nous sommes ce mal-être dans lequel on s’enfonce profondément…

Et lorsque la porte s’ouvre de nouveau sur la Vie, on en est… Sortir de sa coquille dans laquelle on s’est emmuré pour ne pas souffrir. Mais la Vie est souffrance au même titre que Joie… Notre condition d’être humain c’est de l’accepter…

Quand on entre en relation avec celui qui nous porte, nous soutient, sachons le reconnaître et nous ouvrir à lui. De même sachons reconnaître le veilleur qui sommeille en nous.

J’aimerais savoir si Marie Chartres connait de vrais Oglalas car ses explications sur leurs spiritualités m’a donné envie d’en savoir plus sur le sujet… J’aime aussi la description des Sioux Oglalas et de leurs conditions de vie épouvantables… Loin bien entendu de tout cliché et stéréotype…

Ce que j’en conseille : à partir de 14 – 15 ans. Les notes sur la psychanalyse pourraient lasser pour un public plus jeune ainsi que le regard sur les réserves amérindiennes.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑