Recherche

LUDIDELIRE

Que lire en littérature jeunesse ? A quoi jouer ? Farfouillez ici vous trouverez

Catégorie

Roman adolescent

LA PASSE-MIROIR : LES DISPARUS DU CLAIRDELUNE

AUTRICE : Christelle DABOS

TITRE : Les Disparus de Clairdelune, tome 2

SÉRIE : LA Passe-Miroir

ÉDITEUR : Gallimard jeunesse, 2015 pour le texte

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Source photo : Ludidelire

 

Ce que j’en résume : Ce tome est une enquête policière où Ophélie se voit, malgré elle, contrainte de rechercher des disparus, des nobles dont fait partie Archibald…

En tant que vice conteuse dans la Citacielle, elle va découvrir qui est Dieu et ses terribles machinations…

Ce que j’en dis : l’univers est toujours aussi illusoire,on a l’impression d’un gros foutoir où les êtres et les objets obéissent à une loi bien spécifique celle de Dieu…

Le talent de conteuse de Christelle Dabos est toujours aussi présent à chaque page… Si on a aimé le premier tome, voir critique ici :LA PASSE-MIROIR : LES FIANCES DE L’HIVER, on aimera forcément celui-ci…

Les relations entre Ophélie et Thorn sont toujours aussi complexes et c’est là un véritable intérêt dans toute cette histoire.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
A bord de la Citacielle ; Source photo : Ludidelire

Ce que j’en conseille : pour les collégiens (4ème – 3ème) et au-delà d’ailleurs car cette histoire plait énormément aux adultes de SF (science -fiction et autre fantasy)

 

 

 

 

 

Publicités

LA PASSE-MIROIR : LES FIANCES DE L’HIVER

AUTRICE : Christelle DABOS

TITRE : Les Fiancés de l’hiver, tome 1

SÉRIE : La Passe-Miroir

ÉDITEUR : Gallimard jeunesse, 2013

PRIX : 18.00 Euros

NOMBRE DE PAGES : 517 p.

 

LA Passe-miroir, 1
Source : Ludidelire

Ce que j’en résume : « Après la Déchirure qui a mis fin à l’Ancien Monde, la vie s’est concentrée sur quelques territoires distincts, des arches suspendues dans les airs. Habitée  par des familles dotées de pouvoirs particuliers, chacune d’elles est dirigée par un lointain ancêtre, appelé « esprit de famille » » (in « Les disparus du Clairdelune« )

Ophélie âgée de  16 ans est une jeune fille maladroite, qui semble dénuée d’émotions. Son seul objectif dans la vie : n’être qu’une « liseuse », une gardienne de musée. Lire étant sa passion et c’est une aptitude toute particulière dans sa communauté : elle est capable de lire l’histoire d’un objet en le touchant et elle perçoit ainsi la trace de toutes les personnes ayant touché ledit objet… Elle est aussi capable de traverser d’un miroir à l’autre.

Quand démarre notre histoire, Ophélie est promise à Thorn vivant sur l’arche lointaine du Pôle. Ce mariage arrangé et forcé l’entraîne dans un monde de mirage, d’illusions où elle comprend au fil de ses observations que ce monde  est un monde où intrigues, meurtres, chantages, complots sont omniprésents. Chaque individu, chaque clan cherche la reconnaissance, de Farouk, l’esprit de famille du Pôle…

Thorn son fiancé la cache aidé par Berenilde sa tante. Ophélie découvre qu’ils appartiennent au Clan des Dragons et que ce mariage arrangé n’est pas sans conséquence pour elle. Ils se retrouvent tous sur Citacielle afin de mieux cacher Ophélie aux yeux de tous… Déguisé via une illusion sous le nom de Mime, elle va de surprise en surprise en découvrant que cette cité n’est qu’illusion et qu’il ne faut surtout pas se fier à ce qu’on lui dit ou à ce qu’elle voit…

 

Ce que j’en dis : difficile de résumer ce livre 1 tant l’autrice nous fait évoluer dans un monde loin du nôtre par ses pièces de distorsion spatiale et d’illusions… L’écriture est simple et directe, les descriptions réussies nous permettent d’entrer de plein pied dans ce récit de fantasy. Christelle Dabos sait raconter les histoires…Les personnages sont extrêmement réussis tant sur le plan psychologique que physique… Archibald par exemple est un personnage dom juanesque qui se vêt de façon repoussante et pourtant il est le tombeur de ses dames et que dire d’un Thorn, personnage horripilant, froid, limite autiste et qui pourtant protège (il semblerait) et s’attache à Ophélie…. Ophélie, personnage si petit, si fragile, si maladroite, si ingénue et pourtant si intelligente et si dégourdie et si forte…

La suite dans un prochain post, car quitter Ophélie alors qu’elle va rencontrer Farouk, ce n’est pas possible, j’ai besoin de savoir si elle réussira à se sortir de ce traquenard…

Ce que j’en conseille : Avec ses 517 pages, c’est un livre qui peut effrayer les lecteurs les plus réticents… Niveau collège, à partir de la 4ème (sauf très bon lecteur) avec une attirance pour les récits de fantasy mâtinés d’une pointe de science-fiction…

Pour info, Christelle DABOS a concouru pour un Prix du Premier roman organisé par Gallimard jeunesse, RTL et Télérama. Elle a écrit ce premier tome et par la suite et a obtenu le GRAND PRIX DE L’IMAGINAIRE 2016

 

LES SEPT ROYAUMES : La Reine exilée

AUTEUR : Cinda Williams CHIMA

TITRE : Les Sept Royaumes : la Reine exilée

TOMAISON : 2

ÉDITEUR : Castelmore, 2011

PRIX : 16.90 Euros ; aujourd’hui à 18.90 Euros

 

Les sept royaumes, 2
Source : Fnac

 

 

Ce que j’en résume : Nous continuons de suivre les aventures de Raisa, princesse héritière et de Han Alister, alias Gourmettes, alias Chasse-Seul… Ils sont obligés de fuir l’une parce qu’on veut la marier de force à Micah Bayar et l’autre parce que sa tête est mise à prix à cause de sa tentative d’assassinat sur le Haut Magicien…

Après de multiples tumultes au cours de leurs voyages, ils se retrouvent au Gué-d’Oden ; la princesse héritière s’y cache sous l’identité de la novice Rebecca Morley et Han doit surveiller ses arrières car il se retrouve étudiant dans la classe des Bayar, Fiona et Micah et des Mander, leurs cousins…

On les suit dans leurs études, leurs progrès,leurs rencontres, leurs amours tumultueux…

Ce que j’en pense : Roman dense avec ses 598 pages qui tient ses promesses en rebondissements, trahisons, magie, amours, intrigues… Bref, on suit l’évolution physique et psychologique des personnages principaux et secondaires. Cat Tyburn est un personnage intéressant…

Ce que je note : Je le recommande tout aussi chaleureusement que le premier tome : LES SEPT ROYAUMES : Le roi Démon. 

Même conseil d’âge bien qu’en ce moment un enfant lecteur (habitué à la lecture de gros roman) le lit, apprécie le récit et est âgé de 11 ans (niveau 6ème)

 

 

 

 

 

LES SEPT ROYAUMES : Le roi Démon

AUTEURE : Cinda Williams CHIMA

TITRE : Les Sept Royaumes

TOMAISON : 1 : le roi démon

ÉDITEUR : Castelmore

PRIX : 16.90 Euros

 

Le Roi Démon
Source : Ludidelire

 

 

Ce que j’en résume : nous suivons en parallèle l’histoire de deux personnages, de deux adolescents de 16 ans qui entrent dans le monde des adultes.

Le premier, Han Alister, dit Chasse-Seul, dit Gourmettes est le fils d’une femme très pauvre et le frère de Mari, une petite fille de 7 ans vive, aimante et intelligente. Le père étant mort au combat, Han   pour survivre vit de rapines. Au  cours de certaines périodes, il se rend au camp des Pins Marisa pour y apprendre la botanique au côté de Saule, la Matriarche et mère de son ami Danseur…

Toutefois, Han a le don de s’attirer des ennuis et c’est rien de l’écrire surtout quand il dérobe une amulette ayant appartenu au Roi Démon accusé d’avoir kidnappé il y a 1000 ans de cela la Reine du clan des Loups Gris, Hanaléa…

Le second personnage est une jeune femme Raisa, elle est l’héritière du trône des 7 Royaumes et autour d’elle gravitent complots fomentés par des magiciens afin d’obtenir en l’épousant le pouvoir absolu…

Forte tête, intelligente et butée, elle va devoir protéger le Royaume en dépit de sa mère et avec l’aide de son père, commerçant et appartenant aux Clans (Saule est la Matriarche des Clans)

Ce que j’en dis : un bon roman de fantasy comme on les aime avec des intrigues, des descriptions féeriques de paysages, de robes, de bals…, des aventures, des complots, des trahisons, des rencontres, des secrets, de la magie bien sûr, des guerres, de l’amour… Tous les ingrédients y sont et en plus le suspens est distillé à petite dose pour nous tenir en haleine jusqu’au bout… Bon, le titre est très révélateur de la fin de ce premier tome mais on ne boude pas son plaisir… Bonne lecture de vacances en somme…

Ce que j’en conseille : Fin collège…car  471 pages tout de même !! 14 – 15 ans et plus bien sûr…

Hâte de lire la suite intitulée « La Reine exilée« … A suivre sur un post prochain c’est certain…

Et voici la suite : LES SEPT ROYAUMES : La Reine exilée

 

SPINDER

spinder2.jpg

(Source Image : https://vroegevogels.bnnvara.nl/nieuws/spinder-wint-jan-wolkers-prijs-2013)

AUTEUR : Simon Van der GEEST

TITRE : Spinder

ÉDITION : La Joie de Lire, 2018

Ce que j’en résume : Hidde, dit Spinder et son frère Jeppe sont souvent livrés à eux-mêmes : leur père a quitté le foyer après un drame et la maman se réfugie dans son travail…

Spinder a un lieu refuge : la cave de la maison dont seuls Jeppe et lui en connaissent l’existence… Au moment où débute cette histoire, Jeppe réclame le droit de récupérer la cave pour y installer son groupe de musicien mais Spinder ne veut pas et la guerre est déclarée…

Ce que j’en dis : Roman étouffant par les passions des deux protagonistes et qui reflètent bien la situation dans laquelle se trouve les deux ados… Leur mal-être est toujours présent, à chaque page, à travers chaque mot, chaque souffle, chaque respiration…

Jusqu’au secret final…

Ce que j’en conseille : à partir du collège, pas de difficultés majeures de compréhension mais un petit peu de maturité pour ressentir les effets voulus par l’auteur.

 

 

 

LES ÉLÉMENTAIRES

AUTEURE : Nadia COSTE

ÉDITEUR : Castelmore, , 2017

Les Élémentaires par Coste

 

Ce que j’en résume : dans ce monde ci les êtres humains possèdent des pouvoirs liés aux 4 éléments (eau, feu, terre, air) et c’est le cas de la richissime fille du duc Berthold, Cassandra.

Depuis sa naissance, Cassandra n’arrive pas à gérer ses hormones, « ses glandes de pouvoir ne fonctionnait pas bien » (page 10)  à tel point quel ne peut toucher personne sans les brûler et elle ne supporte aucun vêtement, elle vit la plupart du temps nue dans une piscine…

Cassandra supplie ses parents de la laisser se rendre à une cure qui lui permettrait, enfin, de gérer ses émotions afin de vivre dans la normalité et de ne plus brûler quiconque…

La voilà sur les routes du pays avec sa cousine Kiana, son oncle Boniface, père de cette dernière et deux jeunes gens, un maître Grégoire et son apprenti Christian…

La route est semée d’embûches et l’arrivée à Plaivice sera contrariée par de nombreux kidnappeurs, brigands et autres êtres aux pensées et actions malfaisantes…

Ce que j’en pense : Roman de fantasy que je qualifierais de roman d’aventures et d’amour… J’aime la mise en avant de ces deux jeunes filles en plein désarroi menstruel car oui… pour une fois, les menstrues sont présentes dans un roman et jeune de surcroît… Un grand merci pour cela !

Toutefois, j’apporterai un petit bémol sur la fin, le retour au domaine familial est par trop rapide à mon goût : un peu trop déséquilibré par rapport à  la première partie… Et la psychologie manque, nous avons une Cassandra par trop nombriliste et une Kiana par trop effacée… Et le pardon est accordé un peu trop facilement.

Sur ce blog, je conseille des ouvrages que j’aime beaucoup ce qui n’est pas le cas de celui-ci toutefois pour ceux qui aiment les romans d’aventure…

Ce que j’en conseille : Si on aime les romans d’aventures, je le conseille… Peut-être lu dès la sixième mais je pense que cela à plus d’intérêt au vu des sujets en troisième…

 

SAUVEUR & FILS

TITRE : Sauveur & Fils saison 2

AUTRICE : Marie-Aude MURAIL

ÉDITEUR : L’École des loisirs, 2016 (pour la saison 2)

PRIX : 17.00 Euros

TOMAISON : 3 saisons au 13 mai 2018

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Source : Ludidelire

Ce que j’en résume : Sauveur Saint-Yves est un psychologue clinicien dont nous suivons les patients… à « ses côtés ».

Nous découvrons des patients dont les souffrances sont présentes, étouffantes, invalidantes, violentes et… avec une douceur extrême, Sauveur cet antillais d’origine prend la main de ces patients pour les mener sur un chemin herbeux plutôt qu’épineux…

En parallèle, nous suivons la vie mouvementée voire tourmentée de ce même psychologue…

Ce que j’en dis : je suis entrée à tâtons dans ces récits, ces minis biographies où chacun peut s’y retrouver… L’humour et la légèreté du récit (c’est la grande force de Marie-Aude Murail je trouve) se mêle aux récits de vie bouleversants, l’autrice arrive à nous faire entrer dans des univers glauques avec l’envie d’y voir plus clair et d’aider via Sauveur ces êtres désespérés, humanité dont nous faisons parties…

Le doute n’est pas permis : ces êtres vont s’en sortir, il y a entre chaque ligne un espoir, un cœur vaillant qui bat…

Ce n’est pas joyeux mais pas plombant… Le récit est alerte, le nombre de personnages permet de ne pas s’appesantir sur un personnage : pas le temps de s’ennuyer avec une famille qu’une autre se profile à l’horizon comme dans la vraie vie d’un psychologue… Mais l’attache, le lien avec ces familles n’est jamais rompu car on les retrouve inlassablement jusqu’à ce qu’ils cessent de venir consulter Saint-Yves. C’est la force de ce récit…

Les problèmes abordés sont multiples : harcèlement scolaire, phobie scolaire, divorce, terrorisme, migration, racisme, TOC, racisme, magie noire, victimisation, manipulation, boulimie…

Ce que j’en conseille :

de le lire bien sûr, sinon je n’en parlerai pas… Toutefois, à lire en fin de troisième et au lycée bien sûr… Et plus si affinités…

 

LES SORCIÈRES DU CLAN DU NORD : le sortilège de minuit

AUTRICE : Irena BRIGNULL

TITRE : Les Sorcières du clan du nord

TOMAISON : 1 ; le sortilège de minuit

ÉDITEUR : Gallimard jeunesse, 2017

PRIX : 17.50 Euros

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Ce que j’en résume : une histoire comme je les aime : deux bébés sont échangés à la naissance et cela ne poserait aucun problème si ce n’est que l’un appartient au clan des sorcières du Nord et que l’autre vit une vie tout à fait normale chez les « ivraies »

Mais ces deux jeunes filles : Poppy et Clarée ont bien dû mal à s’accoutumer à leur vie, elles sont rejetées par leur communauté jusqu’au jour où elles se rencontrent et établissent une belle amitié qui les soudent…

Autour d’elles, évoluent des personnages curieux tel Léo et maléfique telles Surelle et sa maman Crécerelle…

Ce que j’en dis : un roman où on se laisse embarquer tout naturellement dans ces histoires de pouvoir et de magie.

J’aime l’image des femmes que le roman véhicule à savoir qu’on cantonne la femme dans la société dans un rôle d’hystérique (qu’on refuse d’entendre), de mièvre et de  superficielle (ne s’intéressant qu’à l’apparence), de bienveillante et de protectrice (maman de Clarée, Charlock) et bien entendu de diabolique (j’ai nommée Crécerelle)… Chaque personnage est une facette de la femme…

Ce que j’en conseille : Au lycée et fin troisième… Vivement le tome 2

SCORPI : ceux qui tombent les masques

Auteure / autrice : Roxane DAMBRE

Tomaison : Tome 3

Éditeur : Calmann-Lévy, 2017

Prix : 16.90 Euros

Scorpi, tome 3 : Ceux qui tombent les masques par Dambre

Ce que j’en résume : Charlotte reprend son train-train quotidien et vit dans le manoir aux côtés de son chéri Adam Lesath et de son étrange famille.

La famille attend avec un malaise non dissimulé Walder Draconis, le père de Julia Lesath et l’ennemi de ladite famille. Ce qui met Julia dans une position délicate…

Et, ô bizarrerie, Adam a réservé une surprise à Charlotte : son amie Sophie va venir passer quelques jours au manoir ! La difficulté est de vivre « à l’humaine » et cela ne va pas se faire sans difficulté sachant que Walder Draconis a concocté un jeu de piste qui va mener tous les protagonistes jusqu’à Venise…

Ce que j’en pense : Comme dans les précédents tomes (1 et 2) tous les ingrédients sont réunis pour satisfaire un lecteur qui est à la recherche de péripéties et de détente : lecture rythmée, sans temps morts, créatures mythologiques, féériques, amours…

J’ai aimé en particulier le personnage de Julia Draconis qui est un beau personnage en souffrance… Et la petite touche humoristique lorsque Charlotte est sous l’emprise d’un sortilège (sa transformation fait du bien… il lui donne de l’épaisseur !)

  • N’étant pas trop romantique, j’avoue que le petit bémol pour moi c’est les interminaaaaables scènes de sexe entre Charlotte et Adam… C’est bon, on sait qu’ils s’aiment passionnément… On a l’impression qu’ils n’ont en commun que le sexe… Ok en principe, cela cimente un couple dans ses débuts amoureux…
  • Autre petit bémol, le personnage du commissaire Balard ne semble pas trouver sa place… Je ne comprends pas trop ce qu’il fabrique dans cette histoire excepté de sauver une nouvelle fois Mademoiselle Charlotte…

Bien sûr, je guette un tome 4 pour l’année 2018… En espérant que l’auteure ne va pas décider de faire une série interminable… J’aime beaucoup les séries, j’aime bien également quand elles se terminent…

Ce que j’en conseille : cf. ici :  SCORPI : ceux qui marchent dans l’ombre

Et pour ce tome : GRAND PRIX DE L’IMAGINAIRE 2017 . Pour plus d’explications, cliquez ici : GRAND PRIX de L’IMAGINAIRE (GPI)

 

 

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑