Recherche

LUDIDELIRE

Que lire en littérature jeunesse ? A quoi jouer ? Farfouillez ici vous trouverez

Catégorie

Roman jeunesse

Pour les enfants qui aiment lire seuls : 8 – 12 ans

Petit meurtre et menthe à l’eau

 

SLXLM

 

Auteure : Cécile CHARTRE

Editions :  du Rouergue

Collection : (Dacodac)

Voici un petit roman rigolo qui se lit facilement et donc rapidement…

Ce que j’en résume : Philibert ne trouve pas ses vacances folichonnes.

D’abord, il doit les passer avec son père (c’est cool) mais aussi avec la copine de son père et là ce n’est pas gagné.

Pour échapper à l’ambiance « familiale », il décide de répondre à une petite annonce…

Et là il va commettre la plus grosse erreur de sa vie…

Déjà se prénommer Philibert n’est pas chose facile à porter mais commettre un meurtre, le point de non retour est franchi…

Ce que j’en pense : Roman à lire pour ceux qui n’aime pas les « pavés« , le ton est juste et on s’amuse à toutes les pages..

Il ne faut vraiment pas bouder son plaisir…

Ce que j’en conseille : Pour les enfants dès 9 ans et +

 

L’étrange mariage de Nils Swedenborg

sorciereLes Sorcières de Skelleftestad (tome 1)

Auteur :  Jean-François CHABAS

Éditeur : L’école des loisirs

Aïe quel titre difficile à retenir mais ce titre aux éditions L’école des loisirs (je ne vous dis pas merci pour l’illustration de couverture qui ne « donne pas envie de l’ouvrir ») ne doit pas vous faire hésiter à le lire…

Ce que j’en dis : Un roman petit mais plein d’humour sur l’histoire de cette sorcière, la mère de la narratrice, qui a épousé le plus imbécile du village et c’est une bonne chose en soi car en tant que sorcière, il est des pratiques que l’on doit cacher, hé, hé…

Des épisodes rigolos : la venue de cette magnifique sorcière dans le village de Skelleftestad dont tous les villageois tombent amoureux et à fortiori dont les villageoises sont jalouses.

Le mariage avec Nils Swedenborg, gentil bougre mais benêt, mariage qui n’ est pas piqué des vers.

Toutes ces discussions stériles entre l’idiot de mari et la sorcière maléfique

Tout ce que l’on croit savoir sur les sorcières mais qui ne sont que clichés et bien d’autres évènements dans ce village…

J’espère que le tome 2 tiendra toutes ses promesses…

On dit bien souvent qu’en littérature de jeunesse, il y a les romans niaiseux et les romans « prises de tête » et bien ici c’est une troisième catégorie de roman intelligent amusant et divertissant…

PS : M. Chabas si vous pouviez écrire le tome 3 ce serait parfait, j’ai hâte de savoir ce que devient cet étrange famille et surtout comment s’en sortent les filles de la famille

Ce que j’en conseille : à lire à partir de 8 -10 ans

Le Seul et unique Ivan

ivan

Auteure : Katherine APPLEGATE

Illustratrice: Patricia CASTELAO

Editions : Seuil, 2015

Genre : Roman animalier

Ce que j’en résume :  Ivan est un gorille à dos argenté qui a été capturé très jeune. Il vit désormais dans un « cirque » au milieu d’un centre commercial. Il a pour compagnie un chien errant Bob, Deux éléphants Stella et Ruby, Julia une « Homo sapiens ». Bref, il s’accommode d’une vie sans joie, réglée par les volontés de Mack le propriétaire.

Ce que j’en dis : L’exploitation de l’animal par l’homme est drôlement bien rendue sans mièvrerie mais pourtant on ressent la tristesse à toutes les pages. Ce qui fait la force de ce récit. Un beau livre touchant où l’homme est montré sous ses pires bassesses ; toutefois, Katherine Appelgate n’adopte pas une vision manichéenne car Julia aime les animaux en les dessinant et Ruby a été sauvé par tout un village d’humains… Les illustrations sont discrètes, en noir et blanc ce qui souligne un peu plus le propos de cette captivité…

Ce que je conseille : Les chapitres sont très courts, la lecture peut commencer à partir de 9 ans

Nota bene : Ce roman a obtenu plus d’une vingtaine de Prix littéraires

Cœur Vanille – Tome 5

Auteure : Cathy CASSIDY

Editeur : NAthan

Série : Les Filles au chocolat

Ce que j’en résume : Enfin l’histoire de Honey et de son devenir en Australie de la série « Les filles au chocolat » par Cathy Cassidy.

Honey décide de s’installer avec son père et la petite amie de celle-ci en Australie. Honey retrouve un certain équilibre : elle se fait des amies Tara et Bennie. Elle s’accommode de son lycée pour filles même s’il faut porter un uniforme informe ! Elle rencontre également Ash, un australien d’origine sri lankaise dont elle tombe lentement mais sûrement amoureuse…

Elle s’accroche scolairement et tente de rattraper son retard en mathématiques, en espagnol.

Mais le ver est dans le fruit : Honey est victime de cyberharcèlement : son père s’en contre fiche trop occupé par son travail et ses conquêtes amoureuses, les lycéennes la hait, elle se retrouve isolée et désespérée et dans ces moments-là elle se réfugie dans l’alcool, les cigarettes, les garçons (ou plutôt les jeunes hommes)…

Heureusement, Ash est là…

Ce que j’en pense : peut plaire aux plus jeunes c’est certain… A le mérite de parler du cyber harcèlement sur les réseaux sociaux et ses conséquents terribles pour la personne harcelée et pour son entourage…

J’avoue me lasser de cette série… Vraiment une lecture de plage et puis quand on vient de lire « Celle qui sentait venir l’orage« , on trouve ce roman bien mièvre…

Ce que j’en conseille : à partir de 10 – 11 ans

Tags:

Violences

Cyberharcèlement

Vie quotidienne

La Porte de la salle de bain

C’est la première fois que je lis un roman aux éditions Talents hauts (Ego) par Sandrine BEAU.

Je découvre à la fois cet auteur, cette maison d’édition et cette collection.

Ce que j’en résume : Petit roman pour adolescente, Mia vit avec son petit frère de 3 ans Polo et son nouveau beau-père, un musicien qui se fait appeler Lloyd.

Mia le surnomme « La Moule » car il n’est pas très vaillant côté boulot et squatte la maison plutôt que Pôle emploi.

Tout allait bien jusqu’à présent puisque la rencontre entre Lloyd et sa maman a permis à cette dernière de sortir de sa dépression suite à la rupture du père de Polo. Pourtant, le jour où Mia entame sa puberté et notamment les seins qui poussent c’est le drame…

Ce que j’en pense : un roman qui se lit vite et surtout qui retrace les états d’âme de cette pré ado qui découvre les prémisses d’un corps de femme et les regards lubriques des hommes et en particulier du beau-père.

D’abord sujet de fierté, Mia regarde sa transformation avec ses seins qui poussent et a hâte de devenir la nouvelle Mia, on passe à la peur et on devient victime d’une société qui ne sait pas rester à sa place…

Ce qui me plait en particulier dans ce roman c’est ce glissement de la jeune fille heureuse d’être elle-même à la peur de la victime, la culpabilité !

Et comme toujours dans ce type de récit : qui avertir sans provoquer de drame ? A qui peut-on se confier ?

Malheureusement, ce sujet ne se démode pas et il faut toujours et encore en parler !

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑